After Earth : A la recherche du bonheur (perdu)

On peut se demander pourquoi M. Night Shyamalan a été se fourrer dans cette histoire de famille. Car After Earth n’a, à priori, aucun autre intérêt que de lancer la carrière du jeune Jaden Smith dont son papa Will est si fier. Et pourtant, ce film aurait pu être bon ! On retrouve même quelques notes du cinéma de Shyamalan. Mais nous ne voyons rien d’autre qu’un délire familial pour gens friqués, que les Smith regarderont pendant les dimanches en famille. Et Shyamalan devient un simple cinéaste de commandes.

1108146 - After Earth

La Terre a été désertée il y a 1000 ans, devenue inhabitable pour les hommes, qui ont colonisé une autre planète. Au cours d’un voyage spatial, Kitai (Jaden Smith) et son père, le général Cypher Raige (Will Smith), effectuent un atterrissage forcé sur Terre. Cypher étant gravement blessé, c’est sur le jeune Kitai que repose leur survie, au cœur d’une planète hostile. Il va ainsi prouver à son père qu’il est digne de confiance, et de nouveau liens entre le père et le fils vont se créer.

Impression de gâchis

Je n’attendais rien d’exceptionnel en allant voir After Earth en salles, mais j’avais tout de même un espoir tenace, la folle espérance que Shyamalan ait réussi à tirer parti de la situation. Un survival de science-fiction, avec Will Smith et son fils, qui avaient formé un bon duo dans A la recherche du bonheur… Je ne pouvais m’empêcher de trouver l’affiche très alléchante. Le problème, c’est que ce film a été conçu pour être le tremplin de Jaden Smith. Non dans le but de faire un bon film…

Et malheureusement, en se focalisant sur Jaden au détriment du film, le jeu du jeune acteur perd toute sa force, son personnage en devient inintéressant et l’histoire est très fade.

after-earth2

Pourtant, il y avait de la matière. L’histoire de base rappelle certains classiques de la SF, depuis la série des Fondation, écrits par Isaac Asimov jusqu’à La Planète des singes : le retour à la Terre, devenue hostile pour l’homme par sa faute. Mais justement, tous les éléments exploitables qui auraient pu faire de ce film une œuvre originale ont été passés à la trappe. L’univers n’est pas assez travaillé, trop peu décrit, on n’en connait quasiment pas le fonctionnement. La science-fiction est, de fait, plaquée à l’histoire comme un vernis clinquant. A force de trop gâter ses enfants jusqu’à leur offrir des films sur mesure, Will Smith finit par les desservir. Seul point positif, les images sont très belles…

Style transparent

Si l’on doit retrouver la « patte » de Shyamalan quelque part dans ce joli gâchis, c’est au cœur de la relation père / fils, et dans le rapport qu’entretiennent les personnages aux événements du passé. Il existe des ressemblances avec Signes, notamment : Mel Gibson y incarnait un homme qui n’arrivait pas à accepter la mort de sa femme, ici c’est Will Smith qui ne digère pas la mort de sa fille. Et ils ne savent pas toujours comment s’y prendre avec ceux qui continuent à vivre auprès d’eux. Deuxième chose : dans ces deux films, rien n’est dû au hasard. Dans Signes, les derniers mots de la mère avant de mourir serviront à sauver toute la famille à la fin. C’est quasiment la même chose dans After Earth, mais avec beaucoup moins de subtilité. C’est trop gros, et on s’y attend ! Certaines scènes sont même à la limite du ridicule, tant elles sont caricaturales (regardez le film jusqu’à la fin, vous verrez…).

After-earth3

Quant aux personnages, ils n’ont pas assez d’épaisseur. Tout comme l’univers du film, ils nous sont présentés en quelques flashbacks, et des événements importants de leurs vies nous sont racontés en quelques mots. Le personnage de Will Smith, le père / général des armées, héros sans peur, n’est pas aussi énigmatique que cela. Son histoire n’a finalement rien d’exceptionnel, et son regard volontairement vide devient lassant, surtout quand il s’oppose aux yeux effrayés et admiratifs de son fils. Caricatural, encore une fois.

En fait, ce film présentait très bien sur le papier, avec trois grands noms et un univers intéressant. Mais sur pellicule, c’est une autre histoire. Le potentiel de ce film qui faisait rêver les fans de SF a été annihilé par la volonté de créer une star. Malheureusement, ce n’est pas avec des films pareils que Jaden Smith nous prouvera tout son potentiel…

after-earth4

Crédits photos : DR

Share
Ce contenu a été publié dans Actu ciné. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>