Hansel & Gretel : Witch Hunters, impression de déjà vu.

Ça aurait pu être le film WTF du moment si Abraham Lincoln n’avait pas fait le show une hache à la main il y a quelques mois. Ou si les contes et légendes n’avaient pas déjà envahi Hollywood. Hansel et Gretel : Whitch Hunters ne propose finalement rien de bien original, mais il offre du beau spectacle ponctué d’un humour qui flirte sans cesse avec la parodie.

hansel-and-gretel

Sorcières vs Vampires

Le titre fait immédiatement écho à Abraham Lincoln, Chasseur de vampires, sorti cet été. Les deux films proposent du grand spectacle et de très bonnes scènes d’action. La 3D d’Hansel et Gretel en rajoute une couche visuelle, et sert plutôt bien les poursuites dans la forêt et les envolées de sorcières, même si on prend beaucoup d’objets dans le nez. La différence touche à l’adaptation.

Abraham Lincoln, Chasseur de vampires est tiré d’un livre passionnant. L’auteur Seth Grahame-Smith est parvenu à écrire une biographie fantastique (dans les deux sens du terme) de l’ancien président des États-Unis. Le livre est fouillé historiquement, et incroyablement crédible. Le film, quant à lui, s’est davantage basé sur les possibilités de grand spectacle qu’offrait le bouquin, mais l’adaptation reste très fidèle et l’histoire est solide.

Hansel Gretel exemple

Il y a comme une ressemblance, non ?

Alors qu’Hansel et Gretel n’est pas une adaptation. Le film revient très rapidement sur le conte des frères Grimm en ouverture, mais il se déroule 20 ans après. Le frère et la sœur ont grandi et sont devenus chasseurs de sorcières professionnels. C’est la même astuce que celle employée par Spielberg dans Hook ou plus récemment par Tim Burton pour Alice au Pays des Merveilles. Tout le monde connaît la base de l’histoire, mais cela permet toutes les folies scénaristiques.

On ne les conte plus…

Hansel et Gretel tombe aussi en plein dans la vague d’adaptations de contes, souvent (très) librement revisités. Le Chaperon Rouge ou Blanche-Neige et le chasseur développent des univers féeriques assez sombres, visuellement très soignés, venus tout droit de l’époque des frères Grimm. Sortira bientôt Jack le chasseur de géants, inspiré très vaguement de Jack et le haricot magique. On attend également Maleficent 3D, adaptation de La Belle au bois dormant avec Angelina Jolie. En j’en passe, probablement.

La grande différence avec ces nombreux prédécesseurs, c’est qu’à l’instar d’Abraham Lincoln, chasseur de vampires, Hansel et Gretel n’est pas un film qui se prend au sérieux. Les deux héros sont à la limite de la caricature avec leurs armes monstrueuses juchées sur leurs épaules, les dialogues vont droit au but sans s’encombrer de belles tournures. Le réalisateur Tommy Wirkola est d’ailleurs connu pour ses parodies (Dead Snow et Kill Buljo : ze film). Le personnage d’Hansel (Jeremy Renner) est plus proche d’un gros bras d’Expendables que du héros d’une histoire pour enfants. Mais qui comptait voir ce film en espérant autre chose ?

hansel-gretel2

Master Gilliam

Le film qui se rapprocherait le plus de cette loufoquerie serait finalement l’excellent Les Frères Grimm, de Terry Gilliam. Dont l’histoire a été largement pompée pour le scénario d’Hansel et Gretel

La trame est quasiment la même, on commence par leur enfance, résumée en quelques minutes, puis ils arrivent dans un village où des enfants ont disparu. Ils sont chaperonnés par un méchant shérif, joué par Peter Stormare, qui faisait déjà des misères aux deux frères chez Gilliam. Les enfants ont été enlevés par une sorcière, tout ça a un rapport avec une éclipse de lune etc, etc. En fait, vu comme ça, les scénarios sont presque identiques. L’humour est présent dans les deux films, même s’il est plus « musclé » dans Hansel et Gretel. Les deux frères s’encombraient de quantités d’appareils bizarres conçus pour duper les gens, Hansel et Gretel ont un arsenal de guerre. Ce déploiement d’armes reflète bien l’esprit du film : c’est beaucoup trop gros, presque risible, mais on est venus pour les voir casser de la sorcière, donc tout va bien.

hansel gretel

C’est une recette un peu réchauffée, mais qui fonctionne : le film ne fait pas dans la dentelle, mais répond aux attentes du public. En revanche, Hansel et Gretel : Whitch Hunters tient tellement bien ses promesses que le film ne surprend pas une seule fois… Et même si on a vu ce qu’on voulait voir, on revoit surtout les bonnes idées des autres. Heureusement que d’autres films se sont montrés plus inventifs. Comme Abraham Lincoln, chasseur de vampires. Ou Les Frères Grimm, pour ne citer qu’eux…

Crédits photos : DR

Share
Ce contenu a été publié dans Actu ciné. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>